La familia grande
L'association stop aux violences sexuelles 85 est une plateforme du réseau national et international SVS sur la Vendée. Elle organise des formations de base sur la connaissance des violences, des ciné-débats, de la prévention. Elle oriente les victimes et auteurs/autrices.
association svs Vendée, association svs 85, stop aux violences sexuelles en Vendée, informer, prévenir, guérir, former, préventions de la violence éducative, soins pour les personnes victimes, soins pour les auteurs, psychiatrie et violences sexuelles, thérapie, sexologie, signalement violences sexuelles, témoins, médecins, sage-femme, thérapeutes, plate forme vende, plate forme 85
15607
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-15607,bridge-core-3.0.1,qodef-qi--no-touch,qi-addons-for-elementor-1.5.7,qode-page-transition-enabled,ajax_fade,page_not_loaded,,paspartu_enabled,overlapping_content,qode-overridden-elementors-fonts,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-28.7,qode-theme-bridge,disabled_footer_top,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-6.10.0,vc_responsive,elementor-default,elementor-kit-13
 

La familia grande

Camille KOUCHNER

Editions Seuil

Catégorie
LIVRES, TEMOIGNAGES & PREVENTION
A propos

Témoignage d’une femme de 45 ans qui relate son histoire sous l’angle de ses souvenirs actuels, défroissés par l’écriture. Des souvenirs de bonheurs puissants et de douleurs dévastatrices, articulés autour de deux événements pivots : la perte de sa mère et l’installation de l’inceste.

 

« En ne désignant pas ce qui arrivait, j’ai participé à l’inceste. Pire, j’y ai adhéré. Mon beau-père entrait dans ma chambre et, sans doute pour me faire taire, s’asseyait sur mon lit. Il me disait : “Tu as mis une culotte ? Tu sais que je ne veux pas que tu mettes de culotte pour dormir. C’est sale. Ça doit respirer.” Il me disait : “Tu sais, pour ta mère, chaque jour est une victoire. Chaque jour est un jour de gagné. Laissez-moi faire. On va y arriver.” Il entrait dans ma chambre, et par sa tendresse et notre intimité, par la confiance que j’avais pour lui, tout doucement, sans violence, en moi, enracinait le silence. »