Je voulais juste que ça s’arrête
L'association stop aux violences sexuelles 85 est une plateforme du réseau national et international SVS sur la Vendée. Elle organise des formations de base sur la connaissance des violences, des ciné-débats, de la prévention. Elle oriente les victimes et auteurs/autrices.
association svs Vendée, association svs 85, stop aux violences sexuelles en Vendée, informer, prévenir, guérir, former, préventions de la violence éducative, soins pour les personnes victimes, soins pour les auteurs, psychiatrie et violences sexuelles, thérapie, sexologie, signalement violences sexuelles, témoins, médecins, sage-femme, thérapeutes, plate forme vende, plate forme 85
15663
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-15663,bridge-core-3.0.1,qodef-qi--no-touch,qi-addons-for-elementor-1.7.6,qode-page-transition-enabled,ajax_fade,page_not_loaded,,paspartu_enabled,overlapping_content,qode-overridden-elementors-fonts,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-28.7,qode-theme-bridge,disabled_footer_top,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-7.7.1,vc_responsive,elementor-default,elementor-kit-13
 

Je voulais juste que ça s’arrête

Jacqueline SAUVAGE

Editions Fayard

Catégorie
LIVRES, TEMOIGNAGES & PREVENTION
A propos

D’abord une belle histoire d’amour. Mais très vite, les insultes, les coups, l’engrenage de la violence. L’homme avec lequel Jacqueline SAUVAGE s’est mariée à 17 ans transforme sa vie en enfer. Et puis il y a ce jour où Jacqueline commet l’irréparable. Trois coups de fusil. Le bourreau est mort.
Après des décennies de silence, Jacqueline prend la parole. Pour toutes les femmes prises au piège de la violence conjugale.

« Je suis veuve depuis trois jours et, ce jeudi matin, je me réveille pour la première fois en prison, à Orléans. Numéro d’écrou 26 625.
Ici, je serai Jacqueline Sauvage. C’en est fini de « la Marot » ; elle a vécu, elle n’est plus. Je reprends mon nom de jeune fille après quarante-sept ans d’union en dents de scie, la lame contre la gorge. J’ai été si souvent blessée dans ma chair. »